Suppléance 101 : Notions fondamentales

May 2, 2019 L'équipe objectifMD

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la suppléance sans jamais oser le demander

En tant que médecin, vous devez connaître un grand nombre de mots latins étranges allant de digitalis à cor pulmonale en passant par latissimus dorsi. Mais contrairement à vos collègues anglophones, vous n’avez probablement jamais entendu l’expression latine locum tenens, qui ne désigne ni une maladie rare ni un petit muscle du pied et encore moins un outil médical bizarre utilisé dans la Rome ancienne. Cette expression latine signifie littéralement « lieu tenant » ou « personne tenant lieu de ». En langage courant, elle désigne un médecin qui occupe temporairement un poste dans un hôpital ou une clinique : un « suppléant ». Si la suppléance est courante au sein de la communauté médicale, elle est néanmoins à la source de bien des malentendus qui portent autant sur son mode de fonctionnement et son importance que sur les personnes qui la pratiquent. Voici donc pour votre bénéfice quelques précisions à ce sujet.

 

Comment fonctionne la suppléance?

Les établissements de santé ont souvent besoin de personnel temporaire pendant de courtes périodes, entre autres pour remplacer un médecin en congé parental ou combler le vide laissé par un médecin parti à la retraite ou en vacances prolongées. Parfois encore, il leur faut un spécialiste pour former les nouveaux médecins ou pour parer à une pénurie de main-d’œuvre, un phénomène qui s’accentue partout au pays. Quelle que soit la raison de leur embauche, les médecins suppléants jouent un rôle crucial pour ces établissements. Ils entrent en fonction, souvent à bref préavis, s’acclimatent rapidement et soignent des patients qui devraient autrement  attendre longtemps ou faire de longues distances pour obtenir des traitements. Fondamentalement, la suppléance comble les lacunes du système de santé en garantissant que toute personne qui a besoin de consulter un médecin puisse le faire, peu importe l’endroit où elle se trouve et les soins dont elle a besoin.

 

Qui sont les médecins suppléants?

Si vous avez un diplôme en médecine et si vous avez terminé votre résidence, vous pouvez accepter un poste de suppléant. Les besoins en suppléance existent dans pratiquement toutes les spécialités : médecine d’urgence, médecine familiale, anesthésiologie, orthopédie, néonatalogie, chirurgie cardiothoracique, etc.

Si l’on se fie aux stéréotypes habituels, le médecin suppléant est en début de carrière, n’est pas marié et n’est pas prêt à se caser. Il étudie encore ses options et cherche habituellement à mieux se connaître lui-même. À l’autre bout du spectre se trouve le médecin à l’aube de la retraite qui désire continuer d’exercer sa profession, mais qui souhaite vivre des expériences différentes avant d’accrocher pour de bon son stéthoscope. Si ces deux stéréotypes illustrent bien une certaine réalité, l’éventail de médecins qui choisissent la suppléance est beaucoup plus étendu. En fait, cet éventail s’est grandement élargi au cours des dernières années, car la suppléance ne cesse de gagner en popularité. Elle est même devenue, pour de nombreux médecins (jeunes et moins jeunes), un mode de vie.

En cette ère où « l’économie de l’intérimaire » métamorphose des pans entiers de la société, la médecine et les médecins n’échappent pas à la tendance; ils doivent donc s’adapter. S’il est vrai que les médecins suppléants ont déjà été perçus comme des professionnels de deuxième ordre incapables de trouver un poste permanent dans leur domaine, la situation est aujourd’hui bien différente. Les suppléants sont devenus des professionnels convoités et respectés par tous les employeurs du secteur médical.

 

Pourquoi la suppléance est-elle importante?

La liberté et la souplesse dont bénéficient les suppléants dans les cliniques, hôpitaux et autres établissements de santé sont cruciales. Le concept même de la suppléance est né d’une initiative visant à combler les pénuries de médecins dans certaines zones rurales de l’ouest des États-Unis. Elle a obtenu tant de succès qu’elle a finalement été adoptée à l’échelle du pays, puis partout en Amérique du Nord (et même ailleurs).

Les médecins suppléants sont devenus, à maints égards, indispensables. Il y a cinq ans, les trois quarts des employeurs du secteur des soins de santé reconnaissaient avoir recours à des médecins suppléants. Aujourd’hui, ce pourcentage atteint pratiquement les 100 %.

 

Devriez-vous choisir la suppléance?

En réalité, il n’y a aucune raison de ne pas le faire.

Le choix d’opter ou non pour la suppléance s’apparente à celui de s’établir dans une ville plutôt que dans une autre. De nombreux facteurs doivent être pris en compte et, au final, il s’agit avant tout d’une question personnelle. Le médecin suppléant vit beaucoup d’incertitude. Ce choix ne conviendra donc probablement pas à la personne qui, après avoir vécu l’agitation caractéristique des études et de la résidence en médecine, souhaite s’établir quelque part ou fonder une famille. La suppléance est en revanche une excellente formule pour tester une clinique ou un environnement de travail avant de s’engager et d’accepter un poste permanent. Le suppléant a aussi l’occasion de voyager un peu partout au pays (voire dans le monde!) et de découvrir des personnes, des cultures et des milieux différents.

Bien des médecins aiment la suppléance parce qu’elle comporte moins de tâches administratives : pas d’employés à embaucher ou à congédier, pas de commandes de fournitures à gérer, pas de paperasserie envahissante, etc. Pour le médecin qui souhaite se concentrer sur l’acte médical et qui ne craint pas une certaine part de risque, la suppléance peut représenter une expérience extraordinaire – qu’elle dure quelques années ou jusqu'à la fin de sa carrière!

Vous souhaitez en apprendre davantage sur la suppléance et voir le genre de postes offerts un peu partout au Canada? Visitez le site Locumunity (en anglais seulement).

A propos de l'auteur

L'équipe objectifMD

L'Équipe objectifMD
Rédacteur

Plus de contenu de L'équipe objectifMD
Article précédent
Les programmes d’obligation de service, est-ce pour vous?
Les programmes d’obligation de service, est-ce pour vous?

Ces programmes peuvent alléger le remboursement de vos dettes, mais seulement en contrepartie d’un engageme...

Article suivant
Suppléance 101 : Les points forts, les points faibles et la cerise sur le sundae
Suppléance 101 : Les points forts, les points faibles et la cerise sur le sundae

Tout ce qu’il faut savoir sur les bons et mauvais côtés de la suppléance avant de choisir ce mode de vie