FR Menu icon FR Close icon
Skip to main content

Portrait d’une future leader : Kaitlin Endres

Le Prix du leadership FEMC-Gestion financière MD vise à honorer des étudiants en médecine passionnés, dévoués et attentionnés de partout au Canada qui, de par leur leadership, ont apporté une contribution novatrice à leur université et à leur collectivité.

Passion pour les interventions d’urgence et générosité sans bornes : voilà les deux piliers de la jeune (mais étonnamment diversifiée) carrière de Kaitlin Endres.

En première année de baccalauréat, Kaitlin a fait partie de l’équipe d’intervention d’urgence (SERT) de l’Université Western, un groupe d’étudiants premiers répondants chargés de répondre aux appels 911 provenant du campus universitaire. Finalement, elle a accompagné l’équipe pendant quatre ans, soit comme responsable de la sensibilisation des collectivités, puis à titre de coordonnatrice des programmes d’éducation. Elle a entre autres mis sur pied et géré tous les cours de secourisme de la Croix-Rouge offerts aux étudiants et au personnel.

Et ce n’était que le début.

Pendant son passage à Western, Kaitlin s’est aussi impliquée auprès de l’Œuvre des Manoirs Ronald McDonald, dont la mission est d’offrir un deuxième chez-soi aux familles pendant que leur enfant reçoit des soins dans un hôpital à proximité. Comme coordonnatrice des bénévoles, elle a recruté des groupes d’étudiants de Western pour préparer des pâtisseries pour les familles.

Après son baccalauréat, elle s’est installée à Ottawa pour faire sa médecine. À sa grande surprise, le Manoir Ronald McDonald d’Ottawa n’entretenait pas ce genre de lien avec des groupes d’étudiants. Elle a donc instauré un programme de pâtisserie, un peu comme celui qu’elle avait coordonné à Western, dans l’espoir d’apporter un peu de joie et de stabilité aux familles qui connaissent des périodes difficiles. Grâce à ce programme, des étudiants envisageant la médecine familiale et la pédiatrie ont pu interagir avec des enfants et leur famille dans un cadre plus décontracté, loin des couloirs d’hôpital et des salles d’examen.

Après sa première année de médecine, Kaitlin est partie faire un stage optionnel d’un mois au Chili. Elle a eu la chance d’y observer les pratiques en médecine interne, en chirurgie et aux urgences en plus de rencontrer des médecins qui exercent dans ce pays depuis des décennies.

L’étudiante a aussi été responsable du groupe d’intérêt en pédiatrie (PedSIG) de l’Université d’Ottawa et mis en œuvre le projet Hôpital des nounours. Les étudiants en médecine ont maintenant la chance de faire du bénévolat, avant le début des stages, dans des classes de maternelle. Docteurs de toutous, ils examinent les peluches des jeunes enfants pour aider ces derniers à se familiariser avec le monde des soins de santé et à bien s’y sentir.

En deuxième année, Kaitlin a été nommée vice-présidente de la philanthropie de l’Aesculapian Society. Elle a géré toutes les activités de collecte de fonds de la faculté de médecine, y compris le tout premier événement « uO-Serves ». Des groupes d’étudiants et des organismes de bienfaisance des quatre coins d’Ottawa, dont les Bergers de l’espoir, The Ottawa Mission, Habitat pour l’humanité Canada Inc. et la Société canadienne du sang, ont mis la main à la pâte. Grâce à ce programme, les étudiants se sont vu confier des missions de bénévolat importantes et ont tissé des liens avec leurs nouveaux collaborateurs. L’événement a reçu un accueil si favorable qu’il a maintenant lieu tous les ans.

Mais ce n’est pas tout. Comme vice-présidente de la philanthropie, Kaitlin a aussi organisé une foule de campagnes de sensibilisation et de campagne de financement, qu’on pense aux événements Movember ou aux collectes de vêtements, pour ne nommer que ceux-là.

Et pendant qu’elle assumait la direction et la supervision d’initiatives philanthropiques d’envergure, Kaitlin a quand même trouvé le temps d’aider les autres sur un plan plus personnel. En effet, elle compte parmi les rares personnes retenues à titre de mentore par le programme de bien-être de la faculté de médecine. Elle a entre autres été appelée à organiser et à tenir des séances de révision hebdomadaires et des tutoriels à l’intention des étudiants de première année en médecine. Comme mentore, elle a aussi eu l’occasion de conseiller les étudiants sur toutes sortes de questions : manuels scolaires, stratégies d’études, cours optionnels, planification de carrière, et ainsi de suite.

Pendant son séjour à Ottawa, Kaitlin a participé à divers projets de recherche dans les domaines de la cardiologie, de l’urgentologie et de la promotion de la santé. Depuis trois ans, elle prend part à un projet qui vise à mieux comprendre la conceptualisation et l’enseignement de la promotion de la santé dans les programmes de médecine de troisième cycle. Ce projet vise aussi à permettre aux facultés de médecine d’harmoniser davantage leurs stratégies d’enseignement et d’évaluation en promotion de la santé avec les principes de formation médicale fondée sur les compétences. Adjointe à la recherche au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, elle travaille actuellement à un projet d’examen des dossiers. L’objectif est d’évaluer les déterminants de la santé associés aux longs séjours à l’hôpital d’enfants aux prises avec des problèmes de santé complexes.

Compte tenu de tout son bagage et de ses vastes champs d’intérêt, Kaitlin pourrait choisir n’importe quelle route. Or, à la suite de son externat et marquée par sa toute première expérience d’intervenante bénévole au sein de l’équipe SERT de Western, c’est sur l’urgentologie qu’elle a jeté son dévolu. Avec le recul, on comprend facilement pourquoi Kaitlin se passionne pour la médecine : sa mère est une pharmacienne dévouée et, depuis toute petite, Kaitlin conseille souvent amis et parents sur la prise de médicaments et l’alimentation. Aider les personnes dans le besoin, c’est une seconde nature dans sa famille, et c’est ce qui continue de guider Kaitlin dans sa carrière médicale.