Portrait d’un futur leader : Dr Philip Edgcumbe

August 26, 2019 Dr Philip Edgcumbe

Cet article a originalement été rédigé en anglais; son contenu et ses nuances pourraient ne pas être rendus parfaitement par la traduction.

Le Prix du leadership FEMC-Gestion financière MD vise à honorer des étudiants en médecine passionnés, dévoués et attentionnés de partout au Canada qui, grâce à leur leadership, apportent une contribution novatrice à leur université et à leur collectivité.

À l’école secondaire, Philip Edgcumbe remerciait ceux qui le traitaient de nerd. Son intérêt pour la science et les expo-sciences en particulier grandissait, faisant naître chez lui une fierté d’être connu pour cette passion et son amour de l’apprentissage. Ce n’est donc pas par hasard qu’il a entrepris une carrière en médecine. Dans sa jeunesse, il a fait du bénévolat dans des résidences pour aînés et des hôpitaux, et c’est là qu’il a réalisé l’importance des soins aux patients (et acquis des compétences cliniques).

Cet amour des sciences appliquées n’a pas faibli lorsqu’il est entré en médecine à l’Université de la Colombie-Britannique. Sa carrière extraordinaire en est plutôt venue à se définir comme une fusion créative entre les soins aux patients et l’innovation scientifique. « Au fil du temps, j’ai appris que les perspectives sont très nombreuses pour les personnes qui travaillent à la jonction de l’ingénierie et de la médecine. »

L’entrepreneur n’a pas perdu de temps à concrétiser son idée. Alors qu’il était toujours au baccalauréat en génie, il a travaillé au renommé centre de recherche sur le cerveau de l’Université de la Colombie-Britannique, où il a participé, par la conception et la construction d’un microscope à deux photons, à la mise au point d’une nouvelle méthode d’observation et d’enregistrement de l’activité cérébrale. En 2016, il a étudié à la Singularity University, dans la Silicon Valley. L’année suivante, il a dirigé une équipe qui a reçu 25 M$ US pour tenir un concours d’externalisation ouverte visant à trouver un remède à la maladie d’Alzheimer, projet que la Fondation XPRIZE a choisi de lancer.

À un moment dans ses études de médecine, il s’est donné un objectif ambitieux : améliorer le résultat des chirurgies oncologiques abdominales. « Personne ne voulait s’attaquer au cancer du rein, mais je savais qu’il y avait de la place pour l’innovation. » Il a alors inventé un instrument médical appelé le picoprojecteur (Pico Lantern) pour lequel il a obtenu un brevet. Cet appareil représente l’intérieur du corps du patient et le fait voir en réalité augmentée au chirurgien, qui peut alors suivre le mouvement des organes et de ses instruments par rapport à la tumeur à extraire. C’est comme Google Maps, mais pour l’intérieur du corps. « Je voulais donner aux chirurgiens un meilleur portrait de l’anatomie de leur patient et des organes autour desquels ils travaillent. Je me suis donc inspiré des pratiques en neurochirurgie. »

Mais le travail du scientifique ne se limite pas à trouver des manières d’outiller les médecins et de sauver des patients. Malgré son jeune âge, il est déjà un chef de file dans le domaine des technologies perturbatrices et de l’innovation médicale, et il prend régulièrement la parole lors d’événements pour sensibiliser et préparer les Canadiens à l’avenir de la santé, partout au pays. Son plus grand but est d’amener la deep medicine et une « abondance de soins » au Canada. La deep medicine, telle que définie par le Dr Eric Topol dans son plus récent livre, correspond à une compréhension poussée des données de santé d’un patient assortie d’une grande empathie et d’un lien puissant entre le médecin et le patient. Quant à l’abondance de soins, l’étudiant la définit comme « la prestation de soins médicaux efficaces en temps opportun pour tous les Canadiens ». Il croit que la deep medicine et l’abondance de soins viendront en grande partie avec l’adoption des technologies en santé.

Il admet toutefois que ce ne sera pas une démarche facile. « Chaque spécialité a sa vieille garde, qui travaille de la même façon depuis 10 ou 20 ans et qui le fait bien. Elle ne voit pas toujours quand les choses devraient être améliorées. »

Bien qu’il ait de grandes ambitions et un point de vue universel – on le compare avec raison à des innovateurs de renommée mondiale comme Steve Jobs et Elon Musk –, Philip Edgcumbe a néanmoins conservé la grande passion pour les soins aux patients qui l’a poussé à choisir la médecine au départ. « Je saisis toute la portée de l’acte de consultation et de la confiance du patient envers le médecin. J’ai pris la décision consciente de faire le pont entre la technologie et l’innovation et les soins de santé. Je trouve du plaisir dans les deux mondes : en laboratoire et avec les patients en cabinet. »

 

Dr Philip Edgcumbe

Le Dr Philip Edgcumbe, Ph. D. est un scientifique, un ingénieur biomédical, un innovateur médical, un médecin en formation (M.D.-Ph.D.) et un entrepreneur canadien. En 2017, il a dirigé une équipe qui a créé un concours d’externalisation ouverte visant la découverte d’un remède à la maladie d’Alzheimer. La Fondation XPRIZE a remis 25 millions de dollars américains à son équipe pour qu’elle mette en œuvre le projet, qu’elle a sélectionné comme principale initiative à lancer en 2019.

Philip Edgcumbe cherche à améliorer la santé de milliards de personnes en combinant la médecine, la recherche biomédicale et l’entrepreneuriat. Il a inventé, breveté et fait homologuer un appareil médical, en plus d’avoir participé au démarrage de deux entreprises biomédicales. Il est actuellement l’innovateur en résidence du laboratoire d’innovation de l’Association médicale canadienne. En 2014, il a remporté le prix du jeune scientifique le plus notable au congrès Medical Image Computing and Computer-Assisted Intervention (MICCAI). En 2016, il a passé l’été à la Singularity University, dans la Silicon Valley, où il a appliqué les technologies exponentielles à l’innovation médicale. En 2017, il a été intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne. Il enseigne à la Singularity University du Canada et donne des conférences partout dans le monde sur les technologies perturbatrices et l’avenir des soins de santé.

A propos de l'auteur

Dr Philip Edgcumbe

Philip Edgcumbe
Collaborateur

Plus de contenu de Dr Philip Edgcumbe

Aucun article précédent

Article suivant
Étudiant du premier cycle, l’été, vous faites de la recherche ou vous relaxez?
Étudiant du premier cycle, l’été, vous faites de la recherche ou vous relaxez?

L’été, est-il le moment idéal pour faire de la recherche? Point de vue de quelqu’un qui est déjà passé par là