FR Menu icon FR Close icon
Skip to main content

Conseils aux aspirants étudiants en médecine : surmonter l’incertitude liée à la COVID-19

Un médecin résident partage avec nous la valeur étonnante de bien gérer l’incertitude et de s’adapter à l’imprévisibilité.

Que vous veniez de commencer vos études post-secondaires ou que vous en soyez à votre dernière année avant d’entrer en médecine, vous êtes engagé dans un cheminement professionnel stimulant sur lequel vous rencontrerez des personnes aux antécédents et aux talents diversifiés qui deviendront vos futurs collègues, voire vos amis pour la vie.

Ce parcours sera probablement ponctué de hauts et de bas. Comme bien des expériences enrichissantes, celle‑ci sera parsemée d’obstacles à surmonter. Vous apprendrez à maîtriser de nouvelles compétences, et notamment à défendre les droits des minorités qui ont besoin d’aide, à transmettre de mauvaises nouvelles avec empathie et à aborder les questions sous de multiples angles. La capacité à gérer l’incertitude et à vous adapter en conséquence est au nombre de ces compétences et elle vous forcera peut-être à sortir de votre zone de confort.

Incertitude et médecine

Les personnes qui se destinent à la médecine sont souvent celles qui semblent toujours connaître les bonnes questions à poser pendant les cours, savoir où trouver les ressources appropriées et avoir les bonnes réponses aux examens. Mais connaître les bonnes réponses ne fera pas nécessairement de vous un bon médecin.

Au contraire, cette aptitude à connaître les « bonnes réponses » (qui donne une impression de contrôle sur les situations) pourrait même vous nuire lorsque vous serez confronté à l’incertitude, car en médecine, il n’y a souvent pas de réponse simple à un problème ni de diagnostic évident. Il est aussi courant que le diagnostic change à de multiples reprises au fil du temps.

Cette incertitude nous ramène à un concept important en médecine : le diagnostic différentiel, soit la technique consistant à dresser une liste de diagnostics possibles, du plus probable au plus improbable. Ainsi, lorsqu’une personne âgée se présente à l’urgence avec des douleurs à la poitrine, le diagnostic différentiel pourrait ressembler à ceci : crise cardiaque, pneumothorax, dissection aortique, voire un zona. L’ordre des diagnostics peut changer spectaculairement selon les réponses aux questions que vous poserez au patient, les interventions ou examens qu’il subira et les tests que vous demanderez. Parfois, le diagnostic final sera complètement différent du diagnostic différentiel initial. La vie d’un médecin baigne constamment dans l’incertitude et exige une capacité d’adaptation constante.

Gérer l’imprévisibilité

L’actuelle pandémie ajoute à une incertitude déjà grande. Lorsqu’elle a frappé le Canada en mars dernier, je venais de sortir de la faculté de médecine et je travaillais en première ligne au sein d’une unité de soins intensifs. La situation m’a forcé à m’adapter à l’imprévisibilité.

En tant qu’aspirant étudiant en médecine, vous avez aussi dû vous adapter à cette imprévisibilité. Bien des cours sont désormais donnés en ligne. Votre routine a probablement été chamboulée. Vous ne pouvez probablement plus rencontrer vos amis ni rendre visite à votre famille.

Le changement crée de l’inconfort. Je vous encourage malgré tout à faire face à la situation avec un esprit positif, car il est essentiel d’être bien disposé face au changement. Il est primordial d’apprendre à accepter l’incertitude, car vous arriverez ainsi plus facilement à la gérer. L’incertitude est un aspect normal et inévitable de la médecine. Vous devez accepter au plus profond de vous-même que vous ne connaîtrez pas toujours la bonne réponse et que vous commettrez des erreurs.

Vous devez aussi savoir nommer vos émotions. Lorsque vous serez médecin, vous vous trouverez régulièrement dans des situations lourdes et très chargées émotivement. L’incertitude liée à la pandémie est au nombre de ces situations susceptibles de vous drainer émotivement. Vous vous sentirez peut‑être à un certain point dépassé par la peur, l’anxiété et d’autres émotions négatives. Il est crucial de trouver vos propres méthodes pour bien gérer ces émotions, des simples respirations profondes mentionnées dans les techniques de la méditation, à l’apprentissage de la guitare en passant par des conversations avec vos amis. Finalement, concentrez-vous sur le présent et sur les éléments que vous contrôlez, et contentez-vous d’objectifs quotidiens en fonction des événements qui surviennent autour de vous.

Je suis en ce moment résident en dermatologie. Je dois constamment observer les irritations cutanées des patients et produire une liste de diagnostics différentiels. Chaque jour qui passe, j’arrive un peu mieux que la veille à gérer l’incertitude et à trouver des moyens d’aider mes patients. La pandémie a ceci de positif qu’elle vous offre une occasion en or d’apprendre à gérer l’incertitude à votre manière. Saisissez cette occasion et vous deviendrez un meilleur médecin, car la capacité d’adaptation est l’une des qualités les plus importantes pour tout médecin.

Biographie

Harry Liu est titulaire d’un baccalauréat en sciences spécialisé en biochimie de l’Université McGill et d’un diplôme en médecine de l’Université de l’Alberta. Il a lancé ces dernières années une foule de projets de défense des droits des patients et des étudiants en médecine. Il est passionné par le dossier de la diminution des tests et traitements inutiles et parfois nuisibles pour les patients et a publié plusieurs articles sur cette question. Il est maintenant résident en dermatologie à l’Université de Colombie-Britannique à Vancouver et nourrit un intérêt particulier pour la santé mondiale et la dermatologie chez les personnes de couleur. Pour en savoir davantage, nous vous invitons à le suivre sur Twitter ou Instagram (@harryliumd).