Skip to main content

La transition vers la pratique, ou l’importance de vous y prendre d’avance

Quelques conseils pour faire de votre passage de la résidence à la pratique une véritable réussite

Ça y est, vous avez presque terminé votre formation médicale. Félicitations! Après un parcours rempli de hauts, de bas et de carrefours, vous voilà maintenant sur le point d’amorcer votre carrière médicale. Le saut de la résidence à l’exercice de la médecine est immense, et vous ne serez pas étonné d’apprendre que vous avez encore beaucoup à faire avant d’arriver à bon port. Mais vous devriez vous débrouiller sans problème, puisqu’entre les examens, les cours, les travaux de recherche et vos responsabilités cliniques, vous aurez énormément de temps libre, n’est-ce pas? 
 
Peut-être pas. Bien que la tâche puisse paraître insurmontable, vous gagnerez à vous y prendre d’avance, car vous vous éviterez ainsi des retards coûteux (sans compter du stress et de l’inquiétude). Vous vous en féliciterez plus tard! 
 
Il vous reste beaucoup de pas importants à franchir avant de commencer à pratiquer, que ce soit la présentation de demandes d’emploi et de certification, la prise de mesures juridiques et financières, ou le plus important de tout : décider de la façon dont vous souhaitez exercer votre profession. Voilà bien des choses auxquelles penser, mais nous vous aiderons à vous préparer. Dans cet article, nous vous présentons quelques-unes des tâches importantes que vous devrez accomplir lors de votre passage à l’exercice de plein droit de la médecine. 
 

Commencez par la fin : cherchez-vous un emploi

La dernière année de résidence est le moment où commencer à penser à la recherche d’un emploi et à planifier. (Si vous exercez une spécialité où la concurrence est forte, vous pourriez devoir commencer encore plus tôt.) Vous avez peut-être une bonne idée du type de pratique qui vous intéresse. Toutefois, si vous hésitez encore, sachez qu’il existe une foule de ressources pour vous guider dans votre choix. 
 
Pendant votre résidence, vous avez connu plein de gens et établi des relations significatives qui devraient vous aider à façonner votre vision de l’avenir. N’hésitez pas à interroger vos pairs et vos collègues sur leur cheminement personnel et professionnel, que vous ayez ou non les mêmes priorités qu’eux. La résidence est en quelque sorte une très longue entrevue d’embauche, alors faites preuve de curiosité, de transparence et d’assurance et, surtout, restez vous-même. 
 
Oh, et n’oubliez pas de mettre à jour votre curriculum vitæ. La dernière version remonte sans doute au jumelage du CaRMS, et vous avez sûrement accompli des choses dignes de mention depuis.
 
Dans les six à neuf mois précédant la fin de votre résidence, commencez à présenter des demandes d’emploi. Vous aurez ainsi le temps d’étudier les possibilités qui s’offrent à vous et de vous préparer en vue des étapes importantes qui suivront. 
 

Consultez les autres professionnels

La finance, le droit et l’assurance : voilà trois domaines presque aussi complexes que celui de la médecine. Et vous savez quoi? Vous devrez également vous familiariser avec chacun d’entre eux. 
 
Mais pas de panique! Tout comme les patients qui vous consultent pour trouver des réponses à leurs questions sur leur état de santé, vous pouvez (et devriez) demander l’avis de professionnels. Un conseiller financier est un peu comme un médecin de famille : il apprend à vous connaître, évalue vos besoins et fait intervenir des spécialistes s’il y a lieu.
 
Pendant votre résidence, parlez à un conseiller financier pour qu’il vous aide à dresser un budget en prévision du début de votre pratique, à élaborer un plan pour le remboursement de vos dettes d’études et de vos marges de crédit une fois votre résidence terminée, et à adopter des stratégies vous permettant d’investir une partie de vos revenus tout en remboursant vos dettes. Il peut également vous aider à vous entourer d’une équipe de professionnels...
 
… car vous en aurez besoin! En effet, votre conseiller financier peut vous mettre en contact avec des comptables et des avocats qui connaissent bien les enjeux propres aux médecins. Ces professionnels vous aideront à faire vos calculs, à mettre sur pied votre entreprise s’il y a lieu, à négocier des contrats, à contracter des assurances et à remplir toutes les obligations juridiques et financières qu’impliquent les premières années d’exercice. 
 
Vous devrez commencer notamment par obtenir une assurance responsabilité professionnelle, offerte par l’Association canadienne de protection médicale (ACPM). Pendant la résidence, les cotisations sont généralement payées en totalité ou en partie par l’employeur. Par la suite, il vous incombe de contracter votre propre assurance, qui doit être en vigueur dès que vous commencez à exercer. Pour ce faire, appelez l’ACPM quatre ou cinq semaines avant la fin de votre résidence pour l’informer de la date où vous la terminerez, de sorte qu’elle puisse modifier votre code de travail. 
 

Présentez des demandes… beaucoup de demandes

Après avoir présenté des demandes d’admission en médecine, des demandes de résidence et des demandes d’emploi, vous croyiez peut-être en avoir fini avec les formulaires. Eh bien, non. Espérons que votre clavier fonctionne bien, car vous aurez bien des demandes à remplir au cours des prochains mois. Voici une liste de quelques unes des demandes que vous aurez à présenter au cours de votre dernière année de résidence : 
 
Demande d’obtention de vos droits hospitaliers;
Demande d’adhésion au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada;
Demande de participation au programme de Maintien du certificat;
Demande de certification auprès du Collège des médecins de famille du Canada;
Demande de permis d’exercice dans votre province ou territoire;
Demande d’adhésion à l’association médicale de votre province ou territoire;
Demande de numéro de facturation.
 
Précisons que les exigences varient d’une province ou d’un territoire à l’autre. Pour vérifier les exigences relatives à l’exercice de la médecine dans les différentes régions du Canada, consultez votre association provinciale. 
 

En terminant, profitez du temps qu’il vous reste comme résident 

Vous avez probablement très hâte de terminer votre résidence. Rappelons toutefois que la fin de cette étape signifie aussi la fin de votre statut d’étudiant. Admettons-le, vous profitez actuellement d’une foule d’avantages et de privilèges… mais plus pour longtemps. Par exemple, vous ne pourrez plus vous abonner à des revues au tarif étudiant (renouvelez vite vos abonnements avant que les prix montent!). 
 
En fin de résidence, vous serez peut-être aussi amené à voyager, que ce soit pour aller voir sur place différentes possibilités de travail, faire vos examens de certification ou, tout simplement, prendre des vacances avant d’entamer pour de bon votre carrière médicale. Faites vos réservations tandis que vous êtes encore étudiant afin de bénéficier de tarifs réduits. Puisque vous êtes encore considéré comme étudiant à temps plein, vous pouvez obtenir la carte ISIC et réserver vols et hébergement par l’intermédiaire de Voyages Campus (ou TravelCuts en dehors du Québec).
 
La fin de votre résidence est aussi l’occasion d’engager une réflexion. Votre vie ne sera jamais plus la même. À bien des égards, elle sera meilleure, mais une foule de choses vous manqueront. Profitez-en donc pour dresser une liste de tous les aspects de votre vie de résident pour lesquels vous êtes reconnaissant et prenez le temps de les célébrer! 
 

Et ensuite?

Si vous avez des questions sur la façon de gérer le passage de la résidence à la pratique, par exemple si vous avez besoin d’un bon plan financier qui vous permettra d’assumer tous les coûts de mise sur pied d’une entreprise ou de survivre aux premiers mois de pratique où les revenus se font plus rares, notre équipe de professionnels MD demeure à votre disposition. Vous pouvez communiquer avec elle en tout temps en cliquant ici.
 
Vous pouvez également accéder au calendrier du médecin résident, qui offre une vue d’ensemble de toutes les étapes à franchir dans votre transition vers la pratique.