Médecins résidents : trucs et astuces pour faire de votre expérience de jumelage une réussite

October 31, 2018 L'équipe objectifMD

De nouveaux médecins résidents vous racontent leurs meilleures et leurs pires expériences de jumelage

Pour le non-initié, le jumelage des médecins résidents peut avoir l’air d’un rituel étrange et complexe – il y a après tout un million de choses à soupeser et un million de conseils à suivre. Mais qui est mieux placé pour vous montrer les rouages du jumelage que les médecins résidents qui viennent eux-mêmes de passer par là?
 
Des stratégies qui les ont aidés à aller où ils voulaient, à ce qu’ils auraient voulu savoir avant de choisir leurs stages optionnels et leurs programmes de préférence, en passant par la triste réalité du jour du jumelage, nous avons demandé à un groupe de résidents aux cheminements et aux spécialités variés de tout nous dire sur ce qu’ils ont vécu. Et ce qu’ils ont aimé le plus? À l’unanimité, ils vous diront que c’est « l’expérience la plus plaisante que vous ne voudrez jamais revivre! ».
 

PARTIE I : STRATÉGIES POUR UN JUMELAGE RÉUSSI

La méthode de l’entonnoir

« Envoyez beaucoup de demandes et gardez toutes les portes ouvertes. Il vaut mieux décliner des entrevues que de regretter de ne pas en avoir eu plus. »
Résidente de 1re année en médecine familiale
 
« J’ai fait beaucoup de demandes et j’ai eu plusieurs offres d’entrevues. J’ai donc pu en éliminer et me concentrer sur celles de mes sept programmes préférés. »
Résident de 2e année en médecine familiale
 
« Essayez tout. J’ai toujours pensé que j’aimerais la chirurgie, mais que je n’avais pas ce qu’il fallait… jusqu’à ce que j’aie les deux mains dedans (pardonnez-moi le jeu de mots) et que je voie que rien ne pourrait s’y comparer. »
Résidente de 1re année en chirurgie générale
 

De l’importance des stages optionnels​

« Les stages optionnels sont déterminants pour être jumelé dans la spécialité et le programme que vous voulez. »
Résident de 1re année en chirurgie générale
 
« Planifiez vos stages aussitôt que possible, et pensez à aller dans une autre province. Ça témoigne d’un véritable intérêt pour la spécialité. »
Résidente de 3e année en psychiatrie
 
« Pour ceux qui ont un stage à l’extérieur, il y a des groupes sur les médias sociaux qui permettent de trouver un hébergement abordable. Ce sont souvent des étudiants en médecine qui vont aussi à l’extérieur qui louent leur appartement à des stagiaires. »
Résident de 1re année en urologie
 
« Assurez-vous que vous vous sentirez à votre place là où vous serez jumelé. Les stages optionnels sont la meilleure façon de le savoir. »
Résidente de 1re année en chirurgie générale
 

Le résident est votre ami

« Les personnes les mieux placées pour vous donner des conseils sont les résidents actuels qui ont été jumelés dans le programme qui vous intéresse. »
Résident de 3e année en psychiatrie
 
« Les résidents veulent voir qu’ils seront capables de travailler avec vous pour les deux à cinq prochaines années, que vous pourrez bien vous entendre, que le travail ne vous fait pas peur et que vous voulez apprendre. »
Résidente de 1re année en urologie
 
« Demandez à autant de résidents et de membres du personnel que possible de vous parler de leurs expériences. Ils n’ont peut-être pas fait de demande pour les spécialités ou les endroits qui vous intéressent, mais il est probable qu’ils pourront tous vous donner de précieux conseils sur le processus. »
Résident de 1re année en médecine familiale
 
« N’ayez pas peur de demander aux résidents quels sont les bons et les moins bons côtés. Cela vous aidera à établir vos préférences et vous donnera aussi de l’inspiration pour vos lettres de motivation. »
Résidente de 1re année en urologie
 

La préparation à l’entrevue, plus importante que les réponses​

« Habituez-vous à parler de vous. »
Résident de 3e année en psychiatrie
 
« Préparez-vous à vos entrevues comme vous vous prépareriez pour une compétition sportive. Visualisez votre objectif. »
Résidente de 1re année en médecine familiale
 
« Explorez les villes où vous avez des stages optionnels pour voir si vous aimeriez y vivre. »
Résident de 1re année en urologie
 
« Renseignez-vous sur le programme, mais aussi sur la ville. Vous pourriez y passer de deux à six ans, voire plus, et votre vie ne se limitera assurément pas à l’hôpital. De plus, c’est une bonne façon de montrer à ceux qui vous reçoivent en entrevue que vous voulez vraiment faire partie de leur communauté. »
Résidente de 3e année en anesthésie
 
« Pour les programmes, vous êtes un investissement. C’est plus facile pour eux de choisir des candidats qu’ils connaissent. »
Résident de 1re année en chirurgie générale
 
« Notez les histoires ou les interactions avec les patients qui ont quelque chose de particulier; c’est toujours bien de donner des exemples concrets pendant une entrevue. »
Résidente de 1re année en urologie
 

PARTIE II : CE QU’ON NE VOUS DIRA JAMAIS

Vous vous remettrez en question

« Ne surestimez pas votre valeur. C’est un avertissement dur, mais fondé qu’a donné un conseiller en orientation à ma classe de médecine. Soyez tout de même indulgent envers vous-même et confiant. Si vous êtes rendus où vous êtes aujourd’hui, c’est pour une raison. Personne n’échappe à une remise en question de soi et de ses projets. En parler à quelqu’un et se faire dire par cette personne qu’elle est stressée par les mêmes choses est extrêmement cathartique. »
Résident de 1re année en médecine familiale
 

Ça coûte un bras (ou deux)

« Les déplacements et l’hébergement pour les stages optionnels et les entrevues de résidence (si vous êtes chanceux!) peuvent coûter vraiment cher. Les finissants en médecine ont tout à gagner en considérant les coûts supplémentaires du processus du CaRMS lorsqu’ils préparent leur plan financier. »
Résidente de 3e année en psychiatrie
 

Ça peut être déchirant (vraiment déchirant)

« J’aurais voulu qu’on nous dise à quel point la journée du jumelage serait difficile. Mon résultat m’a fait vraiment plaisir, mais c’est crève-cœur d’apprendre qu’un confrère a la spécialité qu’il voulait, mais dans une autre province. Et celui qui semblait prédestiné à avoir son premier choix se retrouve plutôt avec son deuxième ou son troisième choix. Le pire, c’est de voir ceux qui se sont donnés corps et âme dans le processus de jumelage et qui finissent les mains vides. »
Résident de 1re année en chirurgie générale
 
« Le jour du jumelage est riche en émotions pour toutes sortes de raisons. Pour certains, c’est l’aboutissement de nombreuses années d’efforts, une forme de consécration. Pour quelques-uns, c’est une expérience incroyablement traumatisante qui fait naître de nombreux doutes. Mais la plupart sont ambivalents : vous serez probablement fiers de ce que vous aurez accompli, mais aussi légèrement apeurés par ce qui s’en vient. Et même si vous êtes heureux de votre jumelage, vous devrez tout de même faire le deuil des autres options que vous envisagiez. »
Résidente de 3e année en anesthésie
 

PARTIE III : LE CLOU DU PROCESSUS DE JUMELAGE…

… c’est assurément le circuit d’entrevues!

« La meilleure partie du processus de jumelage, c’était le circuit d’entrevues. Vous rencontrez tellement de gens et, si vous êtes chanceux, ces gens avec qui vous avez traversé le pays deviendront vos collègues – pas des adversaires. »
Résident de 1re année en chirurgie générale
 
« J’ai adoré voyager partout dans le pays et rencontrer des étudiants en médecine, des médecins résidents et des médecins traitants qui ont le même intérêt que moi pour une spécialité. »
Résidente de 3e année en psychiatrie
 
« Le circuit d’entrevues est assurément une des expériences les plus enrichissantes et les plus fatigantes de toute ma vie. C’est génial de rencontrer d’autres candidats passionnés par l’anesthésie qui viennent des quatre coins du pays, et atterrir dans une nouvelle ville chaque jour me faisait sentir comme une vedette. »
Résident de 3e année en anesthésie
 
« Ce que j’ai aimé le plus du processus, c’était le circuit d’entrevues du CaRMS. Rencontrer une foule de personnes animées par les mêmes idées, socialiser jusqu’aux petites heures du matin dans des bars et des pubs, puis se dépêcher pour commencer la journée… avant de tout recommencer ailleurs! C’est l’expérience la plus plaisante que vous ne voudrez jamais revivre! »
Résidente de 1re année en médecine familiale
 

Et maintenant?​

Si vous avez besoin d’accompagnement pour le processus de jumelage des résidents, par exemple si vous aimeriez savoir comment préparer un plan financier réaliste pour couvrir tous les coûts, n’hésitez pas à vous adresser à notre équipe d’experts MD, qui se fera toujours un plaisir de vous aider. Vous pouvez communiquer avec elle en tout temps ici.

A propos de l'auteur

L'équipe objectifMD

L'Équipe objectifMD
Rédacteur

Plus de contenu de L'équipe objectifMD
Article précédent
Le calendrier de jumelage des résidents
Le calendrier de jumelage des résidents

Mieux comprendre le jumelage pour moins stresser.

Article suivant
Histoire d’une étudiante non jumelée
Histoire d’une étudiante non jumelée

Pourquoi ma cinquième année à la faculté de médecine s’est avérée la plus importante.