Cinq conseils fiscaux pour les médecins résidents

February 11, 2019 Gestion financière MD

Les médecins résidents comme vous devraient connaître les avantages fiscaux dont ils peuvent se prévaloir afin de réduire au minimum l’impôt à payer. Si vous recevez un remboursement d’impôt, pourquoi ne pas faire des versements supplémentaires sur votre prêt étudiant ou votre marge de crédit, payer votre solde de carte de crédit, ou encore cotiser à votre REER ou à votre CELI?

Voici cinq conseils fiscaux pour les médecins résidents.

  1. Produisez une déclaration de revenus

De nombreux avantages s’offrent à vous lorsque vous produisez votre déclaration de revenus annuellement, et ce, même si vous n’avez aucun impôt à payer. Par exemple, selon votre revenu, vous pourriez profiter du crédit pour la TPS/TVH, un versement trimestriel non imposable.

Un autre avantage possible consiste à accumuler des droits de cotisation à un REER, qui équivalent à un pourcentage du revenu gagné durant l’année. Même si vous n’avez actuellement pas les moyens de cotiser à un REER, vos droits peuvent être reportés à une année d’imposition ultérieure.

  1. Réclamez des crédits d’impôt pour frais de scolarité

Durant votre résidence, vous pourriez être admissible à des crédits d’impôt pour frais de scolarité.Les frais engagés pour la demande d’admission, l’admission, l’accès à une bibliothèque ou à un laboratoire, les examens et la délivrance du diplôme ainsi que les frais obligatoires de services informatiques peuvent également être réclamés au titre du crédit pour frais de scolarité.

  1. Déclarez les intérêts payés sur vos prêts étudiants

Vous pouvez réclamer un crédit d’impôt fédéral non remboursable de 15 % sur les intérêts payés sur les prêts toujours existants obtenus dans le cadre du Programme canadien de prêts aux étudiants ou d’un programme provincial ou territorial. Des crédits provinciaux non remboursables peuvent aussi s’appliquer. Vous ne pouvez toutefois pas réclamer un crédit pour les intérêts payés sur un prêt personnel ou une marge de crédit.

  1. Déclarez vos frais de déménagement

Si vous avez déménagé sur une distance de plus de 40 kilomètres afin de vous rapprocher de votre lieu de travail ou de fréquenter à temps plein un établissement d’enseignement postsecondaire, vous pouvez déduire vos frais de déménagement du revenu que vous avez gagné, y compris les bourses ou subventions imposables. Ces frais peuvent entre autres être liés au transport, à l’entreposage, aux déplacements, à l’hébergement temporaire ou à l’annulation d’un bail.

  1. Profitez d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Si vous êtes en mesure de mettre de l’argent de côté, assurez-vous de profiter des avantages offerts par un CELI. Ce type de compte flexible vous permettra de cotiser jusqu’à 6 000 $ en 2019. Les cotisations à un CELI ne sont pas déductibles d’impôt, mais les intérêts accumulés et les retraits sont libres d’impôt.

 

A propos de l'auteur

Gestion financière MD

Gestion financière MD
Collaborateur

Plus de contenu de Gestion financière MD
Vidéo précédente
Pourquoi faire un budget?
Pourquoi faire un budget?

Henry Annan, étudiant finissant en médecine de l’Université Dalhousie, s’entretient avec Leah Aulenbach, co...

Vidéo suivante
Les intérêts sur les prêts : ce qu’il faut savoir
Les intérêts sur les prêts : ce qu’il faut savoir

Henry Annan, étudiant finissant en médecine de l’Université Dalhousie, s’entretient avec Leah Aulenbach, co...