Étudiants en médecine: Que ferez-vous de votre été?

July 2, 2019 De l'équipe onboardMD

Se la couler douce ou non, comment tirer le meilleur parti de l’été à venir

Enfin l’été! Le temps est venu de se détendre sur la plage, de prendre la route du chalet, d’allumer son barbecue, de marcher pieds nus dans l’herbe, de se prélasser dans le jardin, de partir en expédition dans la forêt pluviale ou plus simplement, de siroter vos cocktails préférés sur le patio avec des amis. L’été appelle à la détente et le temps est venu d’oublier ses soucis, n’est-ce pas?

Vraiment?

Comme vous le savez probablement, l’été d’un étudiant en médecine n’est pas nécessairement aussi idyllique. Et si vous ne le savez pas encore, vous êtes sur le point de le découvrir. Ou bien vous accélérez actuellement le rythme pour conclure votre première année d’études, ou bien vous mettez toute votre énergie dans la transition entre deux phases particulières et très différentes de votre formation qui exigent par conséquent des préparatifs très différents. Le fait est que peu importe où vous en êtes dans vos études, l’été est souvent plus porteur d’angoisse et d’incertitude que de paix et de sérénité.

Alors, comment définir une limite entre la nécessité de ne pas perdre de vue vos objectifs et celle d’éviter l’épuisement? Il n’existe aucune réponse toute faite à cette question. Comme dans bien d’autres dossiers allant de la gestion de vos finances au choix d’une spécialité, votre décision doit être conforme à vos besoins et objectifs uniques.

Voici quelques facteurs à soupeser au moment de décider de quoi sera fait votre été :

Trouver le juste équilibre

Comme plusieurs de vos confrères, vous êtes probablement animé par deux envies en apparence contradictoires. D’un côté, vous voulez réussir, performer et faire des progrès professionnels; mais d’un autre côté, vous ressentez aussi le besoin de mieux connaître le monde qui vous entoure, de vivre de nouvelles expériences et de vous accorder un repos mental et physique bien mérité. Ces deux envies ne sont pas toujours compatibles et cette incompatibilité n’est jamais aussi évidente que l’été. Reconnaissez honnêtement à quel point vos études en médecine sont exigeantes et faites le bilan de votre santé mentale et physique. Si vous ressentez de la fatigue ou du stress, ou si vous vous sentez débordé, l’été pourrait être le moment idéal pour vous recentrer et refaire le plein d’énergie. Un peu comme un athlète professionnel qui se remet d’une blessure, vous devez éviter de forcer la note de crainte d’aggraver le problème.

Voir les choses sous un nouvel angle

Dans les prochaines années, vous devrez prendre une multitude de grandes décisions. Vous devrez chaque fois obtenir toute l’information pertinente et vous fier à votre expérience pour faire les bons choix. Il peut être intéressant de voir la médecine sous un nouvel angle afin, éventuellement, de mieux comprendre la place que vous souhaitez y occuper. Pour y arriver, pourquoi ne pas aller voir directement à quoi ressemble la médecine dans d’autres cultures ou milieux sociaux? Certaines organisations comme la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine (FIAEM) offrent des programmes d’échanges précliniques et cliniques partout dans le monde. Si vous aimez voyager l’été, les programmes de ce genre sont un excellent moyen de parfaire votre éducation tout en explorant le vaste monde.

Savoir dire non à certains projets

Il est vrai qu’en participant à un projet de recherche estival, vous vous rapprocherez de vos professeurs et étofferez un peu votre curriculum vitæ, mais sauf si l’occasion est vraiment unique ou si le projet correspond à une de vos passions, vous devriez peut-être vous abstenir. Demandez-vous si ce projet vous attirerait autant même s’il n’avait aucune chance de faire avancer votre carrière? Dans l’affirmative, vous passerez l’été à faire ce que vous aimez. Toutefois, si le projet ne vous emballe pas totalement, peut-être devriez-vous plutôt profiter de l’été pour accorder à votre cerveau un peu de repos. De cette manière, lorsqu’un projet qui vous passionne vraiment se présentera à vous, vous aurez l’énergie nécessaire pour vous engager entièrement.

Prendre de bonnes habitudes

Il est plus facile de prendre de bonnes habitudes lorsqu’on a le temps et la liberté nécessaires pour bien se concentrer. L’été est généralement un excellent moment pour prendre de bonnes résolutions. L’activité physique, une alimentation plus saine, la méditation pleine conscience constituent autant d’habitudes vitales qui vous aideront à survivre à vos études en médecine tout en demeurant sain d’esprit. Au fil de votre parcours, vous devrez improviser dans pratiquement tous les aspects de votre vie. Pourquoi ne pas profiter de l’été pour permettre à vos neurones de s’adapter et bien ancrer des comportements sains avant que le chaos ne s’installe dans votre vie?

Vivre ses rêves, maintenant

Vous avez décidé d’attendre avant de faire le voyage de vos rêves (en Grèce?), de consacrer plus de temps à votre hobby (la construction d’une terrasse dans votre cour?) ou d’acquérir une nouvelle compétence (devenir instructeur de yoga chèvre?)? Vous vous dites probablement que vous avez besoin d’un peu plus de temps, d’un peu plus d’argent ou d’un peu plus de liberté. Pourtant, la réalité est la suivante : vous n’aurez jamais de meilleur moment que maintenant pour vivre ce qui vous tient à cœur. En effet, le temps, la liberté, voire l’argent, ne faciliteront pas nécessairement votre décision de faire ces choses. Votre vie de médecin sera tout autant parsemée d’obstacles que votre vie d’étudiant en médecine, sans compter que d’autres projets s’ajouteront à ceux qui ne se concrétiseront pas au cours des prochaines années. Par conséquent, si vous le pouvez, vivez vos rêves maintenant. Même si cela peut vous paraître contre-intuitif, il n’est jamais trop tôt pour le faire.

Faire appel à la sagesse de l’expérience

Il se peut que votre première année d’études en médecine soit l’expérience pédagogique la plus intense de votre vie. Vous n’aurez probablement jamais été aussi occupé de votre vie. Vous entendrez aussi souvent que l’été entre la première et la deuxième année de votre programme est le « dernier été » normal de votre vie, car vous serez ensuite aspiré dans l’univers de la médecine où les vacances estivales ne sont plus qu’une vue de l’esprit. Ce qui est en partie vrai… mais en partie seulement! Même si votre priorité absolue devrait toujours être votre propre santé mentale, il importe de ne jamais perdre de vue votre passion pour la médecine malgré le lourd fardeau que vos études vous imposeront. N’oubliez pas que vous avez choisi de faire ces études par amour de la profession. Donc, que vous décidiez de vous reposer, de faire de la recherche, de rénover votre maison ou de devenir un instructeur de yoga chèvre, assurez‑vous que votre choix vous aidera au bout du compte à devenir le médecin que vous souhaitez être.

 

A propos de l'auteur

De l'équipe onboardMD

Équipe onboardMD
Rédacteur

Plus de contenu de De l'équipe onboardMD
Article précédent
Acheter ou louer : Que faut-il considérer avant de prendre une décision?
Acheter ou louer : Que faut-il considérer avant de prendre une décision?

            Vous êtes médecin résident ou médecin en début de carrière et vous n’arrivez pas à choisir ent...

Article suivant
Le meilleur du Web : Pour mordre dans l’été à pleines dents!
Le meilleur du Web : Pour mordre dans l’été à pleines dents!

            Chez Gestion financière MD, nous pensons que rien n’est plus précieux dans la vie que la santé...